Mardi, 18h30, rendez-vous était donné à Saint-Yvoine, dans le Puy-de-Dôme pour une séance d’essai de marche nordique. Claire est atteinte de fibromyalgie. Son médecin lui a conseillé de pratiquer une activité physique afin qu’elle reprenne confiance en son corps et puisse tendre vers la stabilisation de  sa pathologie.

Une bouffée d’air

Fréderic, de l’association Sport pour Tous Issoire propose ce créneau chaque mardi, à 18h30, à proximité d’Issoire. Ce passionné de sport et de volcans d’Auvergne fait découvrir les recoins du Col de Neyrand et alentours au travers de circuits hebdomadaires. Ainsi, lors de chaque séance se mêle sport et découverte d’un patrimoine naturel à couper le souffle. Claire est sous le charme : « Parfois, on vit à côté de si belles choses depuis longtemps et on ne les découvre que maintenant ».

Ces circuits forment une boucle autour de volcans : à raison d’une séance hebdomadaire, il faut quelques semaines pour en faire le tour et en admirer ses recoins cachés. Comme l’explique Fréderic : « ces séances sont ouvertes à tous : ceux qui reprennent l’activité physique, ceux qui veulent se dépasser ».

Il apporte ses conseils à Claire, qui, accompagnée de notre Claire du DAHLIR reprend pas à pas confiance en son corps : « je ne vais pas vite, ça glisse, alors je vais à mon rythme ». La taquinant sur son prénom, notre chargée d’accompagnement du DAHLIR la rassure par sa connaissance de la maladie. Une crise de fibromyalgie peut survenir n’importe où, n’importe quand. Dans le cas où cela se produirait durant l’une des ballades, l’entraîneur est averti de sa pathologie. Le trajet étant relativement court et praticable, il est possible de venir en voiture en cas de complication.

Pratiquer ensemble, à son rythme

Au-delà, du bien-être ressenti, l’activité physique permet aussi de rencontrer des personnes, de créer du lien. « Je n’aime pas me promener toute seule, je n’ai personne à qui parler ». Dans ce petit groupe de marcheurs, hommes et femmes de tous âges se retrouvent pour partir à l’assaut des chemins de nos belles montagnes. Le test est d’arriver à marcher tout en parlant, c’est la condition pour que l’on marche tranquillement, rappelle Fréderic.

Passée entre les gouttes, Claire y voit un signe et accepte de continuer. Même si elle ne participera pas aux séances chaque semaine, elle peut commencer par une séance mensuelle, comme lui propose Claire du DAHLIR. « Le tout est de trouver son rythme, de se fixer des objectifs raisonnables à atteindre pour progresser et ne pas se dégoûter de la pratique physique».

Tous en selle

Se donner une deuxième chance