Depuis sa création, la Fondation de France s’engage en faveur de l’égalité des droits des personnes handicapées.

D’abord, grâce au programme “Croisade des coeurs” en 1970, qui a évolué au cours des années… jusqu’à aboutir à l’actuel appel à projets “Vie sociale et citoyenneté des personnes handicapées”.

L’objectif ? Favoriser un égal accès de tous, à tout. Rencontre avec Marie Nezam, Responsable de Fonds Individualisés et Programme personnes handicapées, et Claire Boulanger, Experte Solidarités Nationales et Education.

Accompagner le changement de regard sur la société.

En prenant appui sur les lois de 2002 et 2005, cet appel à projets dont le premier volet est généraliste permet de soutenir des projets qui touchent différents domaines du quotidien : emploi, logement, loisirs…

Le second volet “Vie affective, sexuelle et parentalité” a fait son apparition en 2012. Une manière de lever le tabou sur ce sujet et permettre à des initiatives de voir le jour et se développer sur le territoire.

“Notre objectif est de faire changer le regard de la société sur le handicap, reconnaît Marie Nezam. À notre niveau, il s’agit d’accompagner de manière financière et humaine des porteurs de projets, qui amènent une réponse à un besoin local. C’est ainsi, petit à petit, que le regard de la société pourra évoluer.”

Mais ce changement de regard prend du temps, comme le rappelle l’experte en Solidarités Nationales, Claire Boulanger.

“On ne change pas un regard en quelques secondes… mais on peut l’accompagner à faire évoluer son point de vue. La force de la Fondation de France réside en sa capacité à s’engager sur du long terme mais aussi à créer les espaces de dialogue nécessaires entre différents acteurs et experts du sujet.”

Une ambition : l’accès de tous, à tout.

Améliorer l’accès des personnes en situation de handicap aux services de la cité. C’est ainsi que l’on pourrait résumer la vocation de cet appel à projet.

Une façon de reconnaître l’avancée due à la loi de 2005 et la mettre en œuvre sur les territoires.

“Nous accordons une attention particulière à deux critères en particulier : l’inclusion et la mixité,insiste la responsable du Programme personnes handicapées. L’objectif étant avant tout que les personnes en situation de handicap participent pleinement à ces initiatives et développent ainsi leur pouvoir d’agir.”

Faciliter l’accès aux loisirs pour tous avec le DAHLIR

Marie Nezam garde un souvenir très net de l’étude dudossier du DAHLIR.

“Il s’agissait du premier comité auquel je participais depuis mon arrivée au mois de septembre, se rappelle-t-elle. Les membres du comité se sont prononcés de manière unanime en faveur de la régionalisation du dispositif DAHLIR. L’un d’entre eux a d’ailleurs souligné l’efficacité, le sérieux et la qualité de cette initiative qui fait parler d’elle en Auvergne.”

Différents projets, différentes tailles mais aussi différentes thématiques… La Fondation de France soutient les acteurs de terrain et dispose par là même d’une position d’observatoire. Ce rôle lui permet d’adopter un regard transversal et soutenir de manière plus pertinente les actions, tout en s’auto-évaluant.

“Cette position, ce recul nous aident à progresser, reconnaît Claire Boulanger. L’autre intérêt de cet appel à projets est qu’il permet de repérer l’émergence de projets mais aussi de problématiques communes.”

En 2017, ce ne sont pas moins de 82 projets qui ont été soutenus dans la cadre des appels à projets “Vie sociale et citoyenneté des personnes handicapées” et “Vie affective, sexuelles et parentalité”. Marie Nezam note un nombre accru de projets pour lesquels des personnes en situation de handicap font partie de la gouvernance.

Emploi : chargé-e d'accompagnement dans la Loire

Jean-Renaud, chargé d'accompagnement DAHLIR