Depuis 2016 dans le Puy-de-Dôme,  la CAF, la MDPH, la DDCS et le DAHLIR travaillent main dans la main pour faciliter l’accès aux loisirs des enfants en situation de handicap et améliorer ainsi le quotidien des familles.

Des énergies à coordonner

À la croisée des chemins, deux objectifs principaux : faciliter le parcours des familles et désacraliser l’accueil d’enfants en situation de handicap en centres d’accueil de loisirs.

Pour cela, le Dispositif d’Accompagnateur Supplémentaire a été créée. Celui-ci permet aux centres de loisirs, sous certaines conditions de financer un poste d’animateur supplémentaire, qui aidera l’enfant en situation de handicap sur le temps extra scolaires et surtout assurera le lien avec le groupe d’enfants. Financé par un fonds de dotation grâce à la CAF et la MDPH, ce dispositif permet aux structures d’offrir un accueil de qualité pour le bien-être des enfants mais aussi de leur famille.

Parfois, ce dispositif n’est pas nécessaire : les centres de loisirs ont mis en en place, avec leurs propres  ressources, un mode d’accueil destiné à l’accueil des enfants en situation de handicap. Les animateurs présents assurent ce travail d’inclusion de l’enfant en situation de handicap avec le groupe.

Grâce à l’implication de l’équipe, une bonne communication avec les parents, quelques dispositions matérielles et surtout une véritable volonté, cet accueil se passe dans de bonnes conditions. Et surtout, il permet à l’enfant en situation de handicap de s’intégrer et s’épanouir pleinement en compagnie du groupe.

Un bilan très positif :

Dans le Puy-de-Dôme, le DAHLIR a permis la réalisation de 216 projets sportifs, culturels mais aussi en centre de loisirs.

Vingt-cinq DAS ont été ouverts et six sont en attente. Ces accompagnements concernent le périscolaire et les activités en centres de loisirs. Le DAHLIR met à disposition des structures un listing d’animateurs, dont la plupart ont une sensibilité au handicap, notamment grâce aux formations proposées par le DAHLIR lors des stages BAFA. Le centre de loisirs contacte et choisit l’animateur qui accompagnera l’enfant.

Pour Mme Serve, Directrice de la CAF du Puy-de-Dôme, le bilan de cette première année d’expérimentation est très favorable. Il s’agissait d’une volonté marquée de la part des administrateurs de faire profiter les familles de ce dispositif. D’où la nécessité de valoriser ces résultats.

M.Laumier, de la MDPH considère quant à lui cette  expérimentation très positive. « C’est pourquoi elle est reconduite aujourd’hui. »

Le travail en lien avec la DDCS permet d’assurer un rôle de contrôle et d’accompagnement sur le terrain. Lors des visites pédagogiques des conseillers de la DDCS, ceux-ci ont un regard attentif à l’accueil d’enfants en situation de handicap, notamment dans le cadre du DAS. Parfois, cela n’est pas envisagé dans le projet pédagogique des centres de loisirs. D’où l’intérêt du travail en amont mené par ces différents acteurs.

 

Portrait de Louise, chargée d'accompagnement du DAHLIR Cantal

La team DAHLIR : 1ère arrivée sur l’étape du Tour de France au Puy en Velay