Elodie Gaspar assure la coordination des Centres de Loisirs gérés par l’OMJS*, à Saint-Flour, Ussel et Ruynes-en-Margeride. Ouvrir la porte à la mixité, aux différences s’est fait tout naturellement parmi l’équipe d’animation. Tout a commencé durant les vacances d’été 2017, à Saint-Flour.

*OMJS : Office Municipal de la Jeunesse et des Sports

 

“Nous accueillons les enfants âgés de 3 à 12 ans durant toutes les vacances scolaires (exceptées celles de Noël). Ils sont répartis dans différents groupes :

Les 3-4 ans forment le groupe des Schtroumpfs, les 5-6 ans celui des Minimoys, les 7-8-9 ans, Les Hobbits et enfin les Avatars pour les 10-11-12 ans.

Céline est directrice-adjointe du centre de loisirs durant les vacances. C’est elle qui assure le rôle d’animatrice supplémentaire pour Lou :

“Le dossier de Lou était en suspens. Nous ne savions pas à qui nous adresser afin de répondre à nos questions notamment sur le champ du handicap. Louise Clerc, chargée d’accompagnement DAHLIR, est arrivée à point nommé. Tout s’est bien imbriqué. Nous avons accueilli Lou dans de bonnes conditions. Désormais nous pouvons faire passer le message aux familles à propos de l’existence du DAHLIR* dans le Cantal.”

*DAHLIR : Dispositif d’Accompagnement de l’Humain vers des Loisirs Intégrés et Réguliers

 

La communication : clé de voûte de tout projet d’inclusion

 

“Nous avons pris le temps d’échanger avec Louise Clerc, puis avec Madame Hermet (la maman) et Lou lors de plusieurs rencontres. Durant le premier rendez-vous, j’ai été un peu scotchée, avoue Elodie Gaspar. Lou était toute sage. Avec Louise, on s’est dit “Elle n’a pas besoin d’animateur supplémentaire”. Nous avons commencé par deux journées test durant l’été, dans deux groupes différents. Cela nous a permis d’évaluer les besoins de Lou. Au terme de ces journées test, nous avons décidé qu’il était nécessaire d’avoir un animateur dédié à Lou ”.

“Ces journées ont également permis de ré-ajuster la position des animateurs”, ajoute Céline.

“Durant l’été, nous nous réunissons chaque semaine et invitons tous les animateurs à s’exprimer sur leurs blocages, les éventuelles difficultés, explique la directrice du Centre.

De par son âge, Lou pourrait être dans le groupe des Hobbits. Mais elle a besoin de davantage de calme que ce groupe peut proposer, ce n’est pas adapté maintenant, peut-être l’année prochaine. Elle doit pouvoir apprendre des choses.

 

Comme le confirme Céline : “Ce matin, sa maman nous informait que Lou lui racontait le détail de toute sa journée au centre de loisirs. Elle apprend plein de choses et joue avec les autres enfants”.

 

Une équipe bienveillante à la recherche du bien-être des enfants :

“Avant l’été, nous avons organisé une réunion avec l’équipe de direction pour que chacun prenne connaissance de la situation de Lou, ses besoins, ses craintes, ce qu’elle apprécie…, détaille la directrice du centre.  Nous en avons également parlé durant la réunion de préparation avec les animateurs.”

 

“Elle papillonne”, renchérit Céline. « Lorsqu’elle décroche d’une activité, soit moi, soit un autre animateur prend du temps avec elle pour lui réexpliquer les consignes du jeu ou pour un moment au calme. »

 

“Elle refait les jeux à la maison avec sa maman. Elle est coquine. On voit très bien que sa personnalité est pleine de subtilités. Sa maman l’ouvre sur le monde. Elle ne l’a pas ancré dans une routine. C’est un bonheur de pouvoir travailler avec elle, de l’accueillir. Sa famille rentre dans notre univers et on partage beaucoup”, explique Elodie Gaspar.

Lou est venue pour la première fois au début du mois d’août. Elle est revenue durant les vacances de Toussaint. Entretemps l’équipe d’animation peut “réviser” sa copie : Lou grandit, évolue. Il est possible que plus tard, elle change de groupe pour l’inclure avec des enfants de son âge. »

 

Le témoignage de Karine, la maman de Lou :


« Lorsque Louise Clerc, chargée d’accompagnement du DAHLIR m’a appelé, tout s’est enchaîné très rapidement. Nous avons pris rendez-vous avec les membres de l’équipe d’animation du centre de loisirs de  Saint-Flour, porté par l’OMJS. Nous avons abordé les capacités de Lou, ce qui peut la mettre en difficulté. Ainsi, pour accueillir Lou un dispositif de financement particulier porté par le DAHLIR permet d’avoir un animateur supplémentaire pour l’aider à trouver sa place au milieu des enfants et permettre au  groupe d’enfants de mieux la comprendre, pendant toutes les activités. Nous avons commencé par des demi-journées cet été, puis Lou y retournera durant les vacances de Toussaint. »


 

Plus loin dans l’accès aux loisirs pour tous…

“Nous allons prochainement mettre en place un tableau pour les Projets d’Accueil Individualisé pour les enfants à besoin spécifique.

L’idée n’est pas de faire apparaître les handicaps des enfants mais plutôt leurs besoins et certaines précautions auxquels nous devons être vigilants », nous informe Elodie Gaspar.

Parce que la présence du DAHLIR sur un territoire ne peut être efficace que grâce à la motivation et la bienveillance des équipes des structures d’accueil ! Chacun a sa partition à jouer.

 

Famille + proximité = Maison Pour Tous de Brives-Charenssac

Le Soleil sous les branches : Prix Handilivres "Jeunesse Enfant"