Le Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS) ADSEA 01 assure l’accueil, l’hébergement, l’accompagnement individualisé et l’insertion sociale des jeunes de 18 à 25 ans en situation de précarité et sans solution d’hébergement.


 

“Nous accompagnons de manière individuelle le jeune sur plusieurs aspects selon ses besoins et ses objectifs,  explique Frédéric Sibelle, coordinateur à l’ADSEA 01. Il peut s’agir de problématiques liées à l’hébergement, aux droits administratifs, juridiques… Nous travaillons en partenariat avec les structures sur ces champs qui les concernent : le logement, l’emploi et désormais l’accès aux loisirs, avec le DAHLIR !”

 

Depuis bientôt un an, le CHRS ADSEA et le DAHLIR travaillent de concert pour faciliter l’accès des jeunes résidents à une pratique régulière de loisirs.

Chaque semaine Fanny, chargée d’accompagnement DAHLIR, propose une séance d’activité physique à destination du public.

Les éducateurs ont un rôle clé dans ce partenariat : ils informent et mobilisent les jeunes et assurent la “promotion” du dispositif.

Certains des résidents ne sont pas originaires de Bourg-en-Bresse et se retrouvent très isolés au sein de la structure.

En participant aux séances proposées par Fanny, ils font connaissance avec d’autres résidents, découvrent les infrastructures de la ville et surtout accédent à des moments de plaisir, via le sport.

 

“ Ces séances constituent un bon outil pour nous en tant que travailleurs sociaux, témoigne Sanja Jovic, éducatrice au sein du CHRS. Cela nous permet d’observer leur comportement dans un groupe, de quelle manière ils interagissent dans un autre cadre.

Nous participons également aux séances. C’est un support à la relation de confiance qui se développe. Et puis c’est un moyen de découvrir d’autres facettes de la personnalité d’un jeune. On lui explique que le dynamisme dont il a fait preuve sur telle ou telle activité peut être transposé sur sa recherche d’emploi, par exemple. C’est important de le valoriser pour qu’il puisse l’appliquer concrètement ailleurs.

De la même manière, cela pourra nous servir de support pour aborder certains sujets liés à la santé, à la vie en société, l’estime de soi….”

 

Badminton, renforcement musculaire, yoga, percussions corporelles…

Chaque semaine, l’activité proposée par le DAHLIR varie. Ainsi, un jeune qui vient d’arriver au sein du CHRS peut trouver sa place dans la séance.

 

“Notre travail consiste à mobiliser les jeunes. Lorsque nous arrivons sur la séance, tout est prêt : Fanny nous accueille et anime l’activité. Elle gère ce côté à la fois technique et professionnel qui va faire que le jeune adhère. C’est vraiment une action qui fonctionne et apporte beaucoup aux jeunes, souvent en demande de pouvoir pratiquer une activité physique régulière.”

 

 

Au-delà des séances hebdomadaires, le DAHLIR propose également d’accompagner le participant dans sa recherche d’une activité et d’un club qui correspondent à ses envies. 

Comme cela a été le cas avec un jeune homme qui souhaitait pratiquer le basket. Aujourd’hui, il est adhérent au sein d’un club près de Bourg-en-Bresse.

 

« L’un des facteurs clés du succès de ce partenariat, c’est l’échange régulier que l’équipe du CHRS peut avoir avec la chargée d’accompagnement DAHLIR, conclut Sanja.

On réajuste régulièrement pour que ça fonctionne au mieux. Le soutien de Fanny à chaque instant de la vie du jeune dans le club est aussi un point très important pour nous. Il permet d’avoir une continuité dans notre accompagnement et d’être présent si une difficulté survient, notamment lorsqu’un jeune quitte la structure. »

 

 

 

 

 

 

 

Le DAHLIR recherche un-e chargé-e d'accompagnement dans le Puy-de-Dôme

L'accès aux loisirs des personnes réfugiées avec le CPH ALPHA 3A à Bourg-en-Bresse