À 24 ans, elle est la benjamine de l’équipe de l’association DAHLIR. Arrivée en octobre, Justine est chargée d’accompagnement dans le département des Hautes-Alpes sur les thématiques Santé et Handicap – Accueil Collectif de Mineurs (ACM). 

 


Bonjour Justine, tu sais que nous sommes curieux au DAHLIR : peux-tu te présenter en quelques mots ? 

Je suis originaire des Hautes-Alpes, passionnée de sport en général… Mais surtout de ski. D’ailleurs, je suis en cours de formation pour obtenir mon Diplôme d’Etat de Moniteur de Ski Alpin ! 

J’ai une double licence STAPS entraînement sportif et activité physique adaptée (APA). C’est finalement vers cette dernière thématique que j’ai choisi de poursuivre ma formation en Master . 

 

Comment as-tu entendu parler du DAHLIR pour la première fois ? 

Un ami m’a transmis l’offre d’emploi “Chargée d’accompagnement DAHLIR”. Je me suis directement rendue sur le site web de l’association et ça m’a bien plu. J’ai postulé dans la journée ! 

 

Raconte-nous, quel est ton quotidien en tant que chargée d’accompagnement sur ce nouveau territoire ? 

À ce jour, mon quotidien est rythmé par les rencontres, notamment avec les partenaires du territoire comme la DDCSPP, la MDPH, la CAF… Ainsi, je maîtrise mieux leur fonctionnement, leurs attentes. 

Je commence à accompagner des personnes dans leurs projets, notamment les enfants dans les centres de loisirs. En parallèle, je prends le temps d’aller à la rencontre des clubs et associations.

C’est un département de montagne. L’avantage étant que nous attirons de nombreux touristes. Ainsi, les activités de loisirs, notamment de plein air, sont nombreuses. Toutefois, la problématique de la mobilité depuis certaines zones rurales est omniprésente…

Il est parfois compliqué de surmonter ce genre d’obstacle. Mais l’argument “lien social, convivialité” de la pratique de loisirs représente quand même un moteur pour ces habitants ! 

 

D’ici quelques mois, nous allons mettre en place avec la DDCSPP une journée départementale à destination des équipes de centres de loisirs afin de les sensibiliser à l’accueil et l’inclusion d’enfants en situation de handicap. C’est très enrichissant de pouvoir mettre cela en place. Cela permet aussi de créer du lien entre les différents acteurs et d’avoir une vision réaliste des besoins du territoire. 

 

Qu’est ce qui t’a marqué lors de ton arrivée dans l’association ? 

Mon arrivée coïncidait avec le séminaire DAHLIR ainsi que l’arrivée d’autres “nouveaux” salariés, comme Fanny. Elle aussi développe le dispositif sur un territoire un peu éloigné, alors je trouve ça intéressant de pouvoir échanger. 

Le séminaire m’a permis de rencontrer l’ensemble des membres de l’équipe du DAHLIR. On sent que les valeurs d’écoute et d’entraide sont aussi présentes en interne qu’en externe.

Chacun est disponible pour l’autre, il est facile d’échanger malgré la distance. 

 

C’est une découverte pour moi, il s’agit de mon premier emploi en CDI ! J’ai davantage confiance en moi, car j’ai plus de responsabilité et cela nécessite donc de faire preuve de professionnalisme.

 

Si je devais résumer la vie au sein du DAHLIR, c’est avant tout des relations de confiance entre chacun ! 

On nous laisse de la marge de manoeuvre dès le début, de la place pour inventer. Et c’est vraiment appréciable, en particulier lorsqu’on est “seule” sur un territoire de pouvoir prendre les décisions ensemble, sentir qu’on a la confiance de la direction.

Le DAHLIR est une association où chacun est impliqué et partage les même valeurs. 

C’est une façon de vivre, de partager… Je le vois notamment avec la thématique “Save The Pétales” où chacun essaie de faire attention. C’est spécifique au DAHLIR… Toutes les associations n’ont pas ce mode de fonctionnement ! 

 

Portrait de Fanny Goguely, chargée d'accompagnement à Brioude et Issoire.

Portrait de Fanny, chargée d'accompagnement dans l'Ain