L’activité physique et sportive fait partie intégrante du programme de formation de l’Ecole de la 2ème Chance du Puy-de-Dôme. Une séance hebdomadaire a lieu chaque lundi de 14h à 15h30, animée par Claire, chargée d’accompagnement du DAHLIR.

Une dizaine de participants sont présents lors des activités, accompagnés d’Yvan Tarrade, formateur à l’Ecole de la 2ème Chance et référent des stagiaires en sport et en français. Celui-ci participe aux activités : cela permet de casser les barrières, d’êtres plus détendus. Même si le vouvoiement demeure, l’ambiance est plus détendue sur le terrain et permet à tous de se sentir égaux, « au même niveau » comme le résume Yvan.

Les stagiaires alternent périodes de formation et stages en entreprise. En raison de cela et des cycles de début/fin de formation, les participants sont rarement les même lors des séances de sport et se connaissent peu. Aussi, avant de débuter la séance, Claire rappelle ce qu’est le DAHLIR, le rôle de l’association : permettre l’accès aux loisirs pour tous, et ce quelle que soit sa condition et tous les bénéfices que cela peut leur apporter.

De plus en plus actifs…

Ces séances sont multisports. Ce lundi c’est basket. Fatou, Pascal, Farouk et les autres commencent la séance par un échauffement dans les règles de l’art. Claire met toute son énergie pour les inciter à profiter de ces activités. Après quelques exercices d’étirement et de coordination (dont « la jungle », échauffement mémorable) les stagiaires deviennent de plus en plus actifs et s’encouragent. Pour Paula : « ça fait du bien de sortir de la salle de cours. Je suis arrivée il y a trois semaines à l’Ecole de la 2ème Chance… et là je peux m’ouvrir à autre chose ». Et bien sûr, rencontrer d’autres stagiaires. La différence entre la fin et le début de séance est flagrante : l’investissement est bien plus conséquent à la fin, ils relâchent les tensions. Un lien s’est créé, développé entre eux : ils sentent moins seuls et apprennent à se connaître.

Un travail indispensable sur la confiance en soi

Au-delà de l’aspect hygiène de vie au sens général, ce séances leur ouvrent les portes vers une seconde phase : l’inscription dans un club sportif, une association culturelle selon leurs envies, leur projet. Claire est là pour les épauler. Pascal a déjà intégré un club de badminton. En fin de séance Farouk a demandé à Claire des informations pour pratiquer le foot… Le bouche à oreille et le relais d’Yvan auprès des stagiaires font le reste.

Même si l’Ecole de la 2ème Chance n’a rien à voir avec une école au sens strict du terme, elle permet d’apprendre et de se donner un seconde chance. Elle est ouverte aux personnes de 18 à 60 ans (et plus) dont le niveau scolaire n’a pas été reconnu par un diplôme ou qui n’ont pas suivi un cursus traditionnel.

Durant leur six mois de formation, ils vont apprendre les techniques de recherche d’emploi, de présentation à l’oral mais aussi entrer en relation avec des entreprises durant leurs 12 semaines de stage. En cela, le sport peut être un atout considérable, notamment pour l’estime de soi, le changement de posture. Il peut permettre de se rendre compte de ses capacités, se sentir plus à l’aise. Indubitablement, cela peut avoir des conséquences sur la recherche d’emploi et la rencontre avec un potentiel employeur.

(L’opération DAHLIR Insertion est cofinancée par le Fonds Social Européen dans le cadre du programme opérationnel national « Emploi et Formation » 2014-2020)

Logo_Ue

Logo_europe_sengage_auvergnerhonealpes_FSE (3)

À son rythme, sur les volcans d’Auvergne

Assemblée Générale du Dahlir