Jordan Sarrou

Il est jeune, pétri de talent, a la tête sur les épaules… et rêve de sacres autour du cou ! Champion du monde junior de VTT en 2014, champion du monde en relais en 2015, le p’tit gars de Monistrol-sur-Loire a signé avec le Dahlir cette même année. «  Je suis très heureux de pouvoir intégrer le DAHLIR, car c’est une association créée en Haute-Loire qui a pour but de s’étendre dans les régions limitrophes » relève ce jeune prodige sur deux-roues, qui a fait ses classes au club de Golène évasion. « En effet, avec ce concept unique, le DAHLIR a pour objectif d’intégrer au mieux les personnes en situation d’handicap, à des activités ordinaire. Ce qui me plait vraiment, c’est le fait que ces personnes se sentent bien, et qu’elles n’est pas à ce soucier de leurs faiblesses, qu’elles s’intègrent au mieux avec des personnes ordinaires. J’ai souhaité rejoindre cette association car elle mérite de grandir. Le suivi, l’accompagnement de ces personnes est un vrai atout pour le milieu de l’handicap. J’encourage donc toutes les personnes a s’informer sur ce dispositif d’accompagnement qui est la clef d’intégration des personnes en situation d’handicap ».
En 2016, Jordan Sarrou a emmené à Fréjus une équipe « made in Dahlir » composée de vététistes valides et en situation de handicap. Ensemble, ils ont bouclé le Roc d’Azur, la plus grande course amateur de VTT au monde !

Pierre-Sang Boyer

Pierre-Sang Boyer est parrain du Dahlir depuis 2013. Finaliste de l’émission culinaire de M6 Top Chef en 2011, cet Altiligérien d’adoption n’a jamais oublié d’où il venait. Celui qui émerveille les papilles des Parisiens dans son QG d’Oberkampf a été touché directement par le handicap depuis son enfance : « Ma maman est éducatrice spécialisé et nous avons une personne en situation de handicap dans notre famille. Je souhaite au travers du DAHLIR pouvoir transmettre cette passion à tous. Durant l’émission de Top Chef j’ai eu la chance de rencontrer Grégory Cuilleron. Malgré son handicap, Grégory est un cuisinier à part entière et n’a jamais mis en avant ses difficultés. Je retrouve dans l’esprit de l’association cette philosophie de vie qu’ensemble tout est possible ». Pour le Dahlir, Pierre-Sang Boyer est le parrain du concours Dahlir en cuisine. En 2014, le final de ce show culinaire s’était déroulé dans son restaurant parisien, en présence de nombreuses personnalités sportives (Grégory Coupet, Sidney Govou, Ludovic Giuly…).

Olivier Marroux

Il restera à jamais comme le premier parrain du Dahlir ! Olivier Marroux a rejoint l’aventure de notre association en 2012. Le handballeur international, qui compte 8 sélections en équipe de France, a fait les beaux jours d’Ivry, Villefranche, Chambéry, avant de rejoindre Nîmes dernièrement. « Je trouve le travail de l’association extraordinaire. Le sport fait partie de ma vie et le hand reste toujours ma passion avant d’être mon métier. Si demain je me retrouvai dans un fauteuil roulant je serais content de trouver des organismes qui m’aide à continuer à pratiquer une activité sportive. Plusieurs personnes que je connais bien se sont retrouvés dans un fauteuil dernièrement. Ils étaient des passionnés de sport et de  handball en particulier, voila pourquoi c’est une cause que je suis heureux de pouvoir soutenir ». Et Olivier ne manque pas de mouiller le maillot pour l’association. Depuis 2014, il emmène chaque année une « dream-team » de handball à la première étape du Sandball Tour, à Annemasse (Haute-Savoie), un challenge solidaire dans la joie et la bonne humeur ! Olivier a également bataillé pour l’organisation des All Stars Hand, à Valence (Drôme) en juin 2013. Une opération qui a donné un beau coup de projecteur au Dahlir !

Kafétien Gomis

A 35 ans passés, le spécialiste du saut en longueur a participé aux JO de Rio 2016, a sa seconde Olympiade. Juste récompense pour ce bosseur acharné, qui est monté plusieurs fois sur les podiums européens… et battu, à l’été 2015, son record personnel (8,26 mètres). Sauter des obstacles, cela tombe bien, le Dahlir aime ça et ne recule devant rien. « Marion (NDLR , Fiack, athlète et salariée du Dahlir) m’avait sollicité il y a quelques temps. J’ai aussi évoqué la thématique du handicap avec des collègues à moi. En tant que sportif pratiquant, je sais ô combien cela peut être difficile de trouver une activité pour un enfant en situation de handicap. Les clubs sont toujours en attente de demandes éventuelles alors que ce serait plutôt aux clubs de proposer… Aujourd’hui, si je peux apporter quelque chose je le ferai volontiers, c’est notre rôle de sportif de haut niveau. Dans mon entourage proche, j’ai un ami de mon frère, en situation de handicap, qui n’a pas trouvé preneur dans un club. Puis un centre aéré l’a accepté. Déjà, c’est un bon point, l’enfant est accueilli au sein d’une structure. C’est un premier pas, si tous les clubs pouvaient faire cela…»
« Kaf » a le projet de créer une structure sportive pour les enfants, et pourquoi pas de l’ouvrir aux enfants en difficulté, porteurs d’un handicap mental ou physique. Début 2016, il a contribué avec beaucoup de plaisir au Book photos de notre association, « Hein ? Différence ! » A Créteil (Val-de-Marne), il a posé en photo aux côtés d’Arnaud Assoumani, champion paralympique du saut en longueur.